Sélectionner une page

Pour vaincre la pandémie de Covid-19, le confinement est de mise. Alors que les beaux jours reviennent, il peut être tentant de remettre en marche la climatisation pour supporter l’enfermement. Mais la climatisation présente t’elle un risque de propager le Covid-19 ? La clim peut-elle causer l’infection d’un collègue ou d’un proche même si les mesures barrières sont respectés ? Éléments de réponse.

Le Covid-19 voyagerait mieux dans l’air qu’on l’imaginait

Comme le signale LCI, les incertitudes scientifiques sur le coronavirus sont encore importantes. De nouvelles études indiquent qu’une propagation du virus par le simple fait de parler serait possible. Pour l’Académie des sciences américaines c’est même un phénomène “plausible”.

Pour l’heure, il est acquis que la transmission se fait par la projection de gouttelettes, lorsque l’on tousse ou éternue. Il semblerait que ce nouveau coronavirus voyage aussi par le biais des aérosols, ces particules microscopiques que nous émettons en parlant ou en respirant. Le virus pourrait flotter dans l’air pendant plusieurs heures, même à plus de 1,80 mètre du malade.

La climatisation : un vecteur de brassage d’air important

Pour fonctionner de façon optimale, la climatisation doit renouveler l’air ambiant d’une pièce. Ce flux d’air continuel implique un brassage de l’atmosphère confinée des lieux de vie.

L’indicateur généralement utilisé est celui du taux de brassage. C’est le volume d’air du local renouvelé par heure (Vol/h) qui s’exprime en m3/h. Par exemple, si un local de 200 m3 est l’objet d’un taux de brassage de 2, cela veut dire qu’on y remplace le volume d’air 2 fois par heure. En conséquence, le débit qui y circule est de 2 x 200 = 400 m3/h. Ainsi, un taux de brassage situé entre 5 et 10 vol/h est fréquent dans des locaux d’habitation.

Si le Covid-19 est effectivement capable de voyager dans les aérosols, on est en droit de s’inquiéter d’une propagation accrue par le brassage d’air induit par une climatisation.

La climatisation peut-elle propager le Covid-19 ?

Selon les recommandations du guide officiel de préparation au risque épidémique Covid-19 établi pour les établissements de santé, de médecine de ville et les établissements médico-sociaux, il est obligatoire de couper la climatisation lors du confinement d’un patient infecté si l’air est recyclé.

La page 12 du guide du Ministère de la Santé indique :

“Un arrêt des systèmes de ventilation/climatisation du local dans lequel le patient aura été isolé, sera effectué de façon obligatoire si l’air est recyclé.”

Cette recommandation concerne le cas très précis des établissements de santé. Qu’en est-il pour la climatisation domestique ?

Une étude de la revue JAMA s’est intéressée aux objets contaminés dans la chambre d’un malade. Il en ressort qu’au delà des objets usuels tels que poignées de porte, télécommande, évier etc… les pales du ventilateur d’une climatisation sont aussi concernés.

L’étude indique que la désinfection des chambres avec les produits usuels était très efficace. Il en va de même pour les climatiseurs qui doivent être nettoyés avec de l’eau savonneuse, y compris les filtres.

L’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) indique pour sa part que par mesure de précaution, il est recommandé de vérifier si les systèmes de ventilation et de climatisation sont en état de fonctionnement optimal.

Et d’insister sur “une aération régulière des locaux par ouverture des fenêtres” souhaitable, même en dehors du contexte infectieux.

En conclusion

En l’état actuel des données scientifiques et publications, rien ne permet d’affirmer que la climatisation pourrait propager le Covid-19.

Par mesure de précaution, un entretien attentif de vos unités de climatisation devrait être réalisé. L’aération quotidienne des pièces est également bénéfique.