Sélectionner une page
Investir en copropriété dans une PAC pour faire des économies
5 (100%) 1 vote

Inquiet car votre syndicat de copropriétaires s’apprête à réaliser d’importants travaux ? Ou peut-être que vous vous demandez comment collectivement faire diminuer le montant de la facture de chauffage ?

Avant de vous lancer, sachez qu’il existe de nombreuses façons d’opérer ces changements sans vous ruiner. Afin de réaliser des économies tout en diminuant son empreinte environnementale, une copropriété dans le finistère s’est doté de pompes à chaleur de dernière génération.

Continuez à lire et découvrez comment !

Pourquoi investir dans une pompe à chaleur ?

Parce qu’elle utilise une énergie gratuite, renouvelable et présente autour de la copropriété. L’acheminement de l’énergie est ainsi largement réduit et n’a aucun impact sur la planète.

De plus, une pompe à chaleur permet aux copropriétaires de réaliser des économies d’énergie intéressantes, allant de 35 à 65% en fonction du modèle choisi, tout en bénéficiant d’un système de chauffage, de climatisation, voire de production d’eau chaude sanitaire.

Enfin, tous les équipements utilisant les énergies renouvelables comme mode de fonctionnement plutôt que des énergies fossiles font l’objet de différentes aides financières, subventions et déductions fiscales, de quoi aider les volontaires à faire leur transition énergétique en douceur.

Comment économiser en copropriété grâce à une PAC

En utilisant la force du nombre. Certains ont peur de payer la facture du voisin, se disent que ce sera compliqué à gérer ou choisissent l’option individuelle pour éviter de payer un montant élevé et les litiges.

Mais ces idées sur la mutualisation, bien que censées, sont erronées. Et voici pourquoi :

  1. Une solution moins coûteuse que des PAC individuelles. Une PAC collective est moins onéreuse à mettre en place qu’une PAC par logement. En plus, les solutions de chauffages collectifs sont maitrisées depuis plusieurs années tandis que les technologies mûrissent ce qui rend les tarifs plus compétitifs et plus intéressants pour l’acheteur.
  2. Le chauffage et l’eau chaude sanitaire en même temps
    L’installation d’une PAC air-eau permet de faire d’une pierre deux coups, en fournissant à chacun des logements chauffage et eau chaude sanitaire. Simple et confortable avec un bon rendement thermique.
  3. Plus besoin de dramatiser pour l’entretien de sa PAC
    Dans le cas d’une PAC pour un habitat collectif, il est possible de signer un contrat avec un exploitant pour l’entretien. Ce qui peut être économique si la facture est répartie sur l’ensemble des habitants : la part à débourser est inférieure au tarif que payerait chacun des occupants s’il avait sa propre PAC à entretenir.
  4. Gagner de la place dans chacun des logements
    Très avantageux si vous êtes encombré par un grand ballon d’eau chaude alors que votre logement dispose d’une modeste surface. Au lieu que chaque occupant perde de précieux mètres carrés, un local spécifique est dédié pour la PAC.
  5. Un chauffage écologique et évolutif
    Les énergies vertes se multiplient et le couplage des différentes solutions avec le système de chauffage initialement présent peut être laborieux lorsque chaque occupant a opté pour une solution de chauffage individualisée.
    En revanche, le couplage est plus facile avec une PAC pour habitat collectif car il n’y a qu’un seul élément à gérer.
  6. Les frais restent individuels
    Même si la production de chauffage est mutualisée, il existe de nombreux systèmes de régulation et de contrôle de la consommation. En effet, il est désormais possible voire même obligatoire d’installer des compteurs individuels dans chacun des logements, même dans le cas d’un immeuble pourvu d’une PAC collective. C’est ce qu’on appelle l’individualisation des frais de chauffage.

Tirer profit des aides

Pour réduire le coût des travaux d’économie d’énergie et rentabiliser les nouvelles installations plus rapidement, les copropriétaires peuvent bénéficier de différentes aides qui permettent de réduire le coût des travaux de rénovation énergétique de l’immeuble.

En 2020, les principales aides auxquelles les copropriétés sont éligibles sont les suivantes :

  • ●  L’éco-Prêt à Taux Zéro Copropriété
  • ●  La TVA réduite au taux de 5,5 %
  • ●  Les aides de l’ANAH
  • ●  La Prime d’énergie Effy
  • ●  L’aide du programme ADVENIR 2020
  • ●  Le CITE 2020

Les conditions fondamentales d’éligibilité pour obtenir ces aides financières et subventions sont les suivantes :

  • faire réaliser les travaux par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) se chargeant également des fournitures ;
  • qu’il s’agisse de travaux de rénovation sur un immeuble dont la fin de la construction date de plus de 2 ans ;
  • que l’amélioration énergétique réponde aux exigences des différents organismes. Les copropriétaires peuvent également être éligibles à d’autres aides pour les travaux de rénovation énergétique comme celles accordées par les collectivités ou bien une aide de la caisse de retraite.

En combinant les 2 stratégies précédentes :

Pourquoi se contenter d’une astuce lorsque certaines d’entre elles sont additionnables ? Oui, vous avez bien lu. Par exemple, l’éco-PTZ est cumulable avec l’aide Habiter Mieux Copropriété de l’Anah qui elle-même est cumulable avec le CITE !

Imaginez maintenant les économies faites si vous conjuguez à ça les avantages de la mutualisation… Cela commence à devenir intéressant, n’est-ce pas ?

Recommandations avant de vous lancer

Comme pour toute initiative, il y a toujours des éléments périphériques au projet que l’on se doit d’observer pour maximiser la réussite de l’entreprise. Dans cet esprit, nous vous recommandons de prêter attention aux trois points suivants.

Pensez à l’étude de terrain

Des travaux importants sont tout de même à prévoir pour l’installation d’une pompe à chaleur en copropriété. Une étude préalable à la mise en place du projet devra être réalisée afin de choisir le meilleur emplacement de l’équipement de diffusion de chaleur et de climatisation dans l’appartement afin d’optimiser le fonctionnement de l’appareil.

L’installation des capteurs doit également être réfléchie en amont afin de maximiser le puisement des calories dans l’air, dans la terre ou dans l’eau et ainsi bénéficier d’une plus grande quantité d’énergie à utiliser.

La durée des travaux

Même si on peut l’estimer entre 2 à 5 jours, dans le cas où le raccordement de la pompe à chaleur ne pose pas de problème particulier, il est important de prendre en compte la complexité d’installation des capteurs, la principale source d’information pour déterminer de manière précise la durée des travaux.

Le petit mot de la commune

Selon le modèle de pompe à chaleur, l’aval des copropriétaires peut ne pas être suffisant. C’est le cas de la pompe à chaleur hydrothermique, pour laquelle l’autorisation de la mairie est nécessaire.

En effet, il faut son approbation pour :

  • le forage du sol ;
  • l’usage de l’eau qui doit être expliqué.

Ces démarches doivent alors être effectuées en mairie au moins un mois avant le démarrage des travaux, et un formulaire est à remettre au service d’urbanisme.

Conclusion

Vous êtes maintenant en mesure de convaincre vos pairs d’investir dans une PAC lors de votre prochaine réunion de copropriétaires, à moindre frais et d’ainsi réaliser de réelles économies, que ce soit collectivement ou individuellement. Quel modèle de pompe à chaleur allez-vous choisir ?

Quelle(s) aide(s) semble(nt) le plus adapté à votre résidence et situation ? Dites nous tout dans les commentaires !