Chauffage : Passer à la pompe à chaleur ?

Publié le 30 novembre 2022


Une accumulation de facteurs a abouti à l’explosion du prix de l’électricité et inévitablement, à celui du gaz, qui touche l’Europe dans son ensemble et n’épargne pas la France.
Le montant du prix de gros de l’électricité en France a atteint fin août 2022 1000 euros le mégawattheure ( MWh ).Face à ces changements et les répercussions négatives sur les revenus de votre ménage, vous réfléchissez à changer votre système de chauffage.
Que vous soyez en train de réfléchir à votre futur type de chauffage pour votre maison en construction ou bien dans l’optique de changer celui déjà présent chez vous, vous êtes en plein comparatif des offres disponibles sur le marché.
Vous avez pris soin de vous documenter sur toutes les possibilités offertes à vous pour pouvoir vous chauffer, vous avez évalué les avantages et inconvénients de chaque type de chauffage et votre curiosité s’est arrêtée sur la pompe à chaleur.
Nous allons vous présenter ce procédé et voir ensemble son fonctionnement, les différents types de pompes à chaleur ainsi que les prix pour vous aider à choisir si cette méthode de chauffage correspond à vos attentes et critères.

Qu’est-ce qu’une pompe à chaleur ?

Une pompe à chaleur ( PAC ) est un moyen de chauffage écologique à part entière. Le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur est d’extraire de l’énergie thermique à l’extérieur de l’habitation comme le sol d’un jardin, l’air extérieur ou l’eau d’une nappe phréatique qui est sans cesse renouvelé par le rayonnement solaire, pour ensuite l’injecter à l’intérieur au moyen d’un radiateur ou d’un plancher chauffant par exemple.
Avec cette énergie renouvelable (et gratuite), la pompe à chaleur permet de se chauffer à un coût très concurrentiel grâce à un très bon rendement : pour 1 kWh d’électricité consommé, on obtient presque 3 kWh de chaleur.
La pompe à chaleur puise son énergie dans la nature. Elle crée donc davantage d’énergie qu’elle n’en consomme.

Comment cela fonctionne-t-il ?

L’air autour de nous est chauffé naturellement par le soleil, à différentes intensités selon la saison et l’endroit où l’on vit. Cet air stocke l’énergie sous forme de calories. Une énergie intrinsèquement propre et inépuisable puisqu’elle provient de notre étoile chauffante.
A l’intérieur de la pompe à chaleur, circule un fluide dit “caloporteur” ( gaz ou liquide qui, par ses propriétés physiques permet de transporter de la chaleur d’un point à un autre ). Ce liquide a la particularité de se transformer en gaz à basse température. Ainsi, la chaleur de l’air pompée à l’extérieur va le faire passer de l’état liquide à l’état gazeux. Puis un compresseur alimenté électriquement par un moteur, comprime le gaz pour faire augmenter sa température. Cette chaleur est ensuite distribuée aux circuits de chauffage et d’eau chaude de la maison. Après avoir livré ses calories, le fluide se refroidit, il se condense et redevient liquide, puis revient à son point de départ.
Pour être efficace donc, ce fluide frigorigène doit être porté aux niveaux de pression et température adéquats avec un compresseur électrique et un ventilateur, d’où la consommation électrique du système. La pompe à chaleur permet également de produire l’eau chaude sanitaire. La pompe à chaleur réversible produit également du froid l’été. Un vrai bijou de technologie et de praticité pour le confort d’une maison donc.

La pompe à chaleur est donc composée de 4 éléments :
L’évaporteur
Le compresseur
Le condenseur
Le détendeur

Pour résumer, étapes par étapes le processus, on peut dire que :
Etape 1 : la chaleur prélevée à l’extérieur de la maison est transférée au fluide frigorigène qui se transforme en vapeur.  > L’évaporteur
Etape 2 : le fluide à l’état de vapeur passe dans le compresseur qui élève la température du fluide.  > Le compresseur
Etape 3 : le fluide transmet sa chaleur à l’eau du circuit de chauffage intérieur.  > Le condenseur
Etape 4 : le détendeur de la pompe fait baisser la pression du fluide qui revient à l’état de vapeur, et ainsi de suite. > Le détenteur.


Les différents types de pompes à chaleur :

Il existe différents types de pompes à chaleur selon l’environnement dans lequel les calories sont prélevées.
Les pompes à chaleur géothermiques fonctionnent avec les calories prélevées dans le sol ou dans l’eau des nappes souterraines. La chaleur est prélevée avec des tubes enfoncés dans le sol, horizontalement ou verticalement.
Le sol se charge d’énergie et grâce à son inertie, il garde une bonne stabilité thermique.
Une partie de l’énergie vient du magma souterrain, mais elle est relativement faible, cette émission est de l’ordre de 0,05 W/m² ( Watt par mètre carré ). La variation de température est d’environ 3°C par 100 mètres mais change selon la composition du sol.
Les pompes à chaleur eau/eau font aussi partie de cette catégorie. Elles nécessitent des forages de 30 à 100 mètres de profondeur. Des travaux soumis à des réglementations strictes pour des raisons de sécurité publique.
Les pompes à chaleur aérothermiques prélèvent les calories de l’air pour créer de la chaleur. Leur installation est simple car elle ne nécessite ni tubes à enterrer, ni autorisations spéciales. L’air utilisé par les pompes à chaleur air/air est soit l’air extérieur, soit l’air qui provient de l’intérieur de la maison. Elles doivent toujours être couplées avec un système de chauffage d’appoint qui prend le relais quand la température extérieure descend en dessous de 10°C.
Les pompes à chaleur réversibles servent l’été pour rafraîchir une maison. Leur système de fonctionnement est alors inversé : la pompe à chaleur puise les calories présentes dans la maison et rejette la chaleur vers l’extérieur.


Quel est le prix d’une pompe à chaleur ?


Les prix diffèrent selon le type de pompe à chaleur. Le coût d’une pompe à chaleur géothermique est nettement plus élevé qu’une pompe à chaleur air / air car elle nécessite plusieurs mains d’œuvre en plus, comme le forage etc..
Sur internet, nous retrouvons des prix tels que :

– entre 5 000 € et 11 000 € pour une PAC air-air 

– entre 10 000 et 15 000 € pour une PAC air-eau sans eau chaude sanitaire
– entre 10 000 et 16 000€ pour une PAC air-eau avec eau chaude sanitaire
– entre 10 000 € et 20 000 € pour une PAC géothermique
– entre 14 000 et 18 000€ pour une PAC hydrothermique.


Alors, prêt à vous lancer ? 



A découvrir également