Sélectionner une page
Voilà comment contrôler sa climatisation à la voix … et c’est une révolution
5 (100%) 1 vote

Il faut l’avouer : la généralisation de la domotique se fait encore attendre. Présentée depuis des années comme une véritable révolution pour rendre nos maisons plus intelligentes et plus économes, les solutions simples d’emploi et bon marché se font encore attendre. Mais peut-être bien que situation va enfin évoluer favorablement. Les assistants vocaux Alexa, Siri, Google ont débarqué en force et ils sont susceptibles de changer la donne.

Les assistants vocaux sont désormais bien implantés

Les chiffres parlent d’eux-même. Selon les estimation de Ovum, l’assistant vocal Siri est installé sur plus de 800 millions de terminaux (principalement des iPhones), Google assistant sur 400 millions et Alexa sur 200 millions d’appareils. D’ici 2021, toujours selon les estimations de Ovum, ces chiffres auront progressé de 100% soit plus de 6 milliards d’assistant vocaux en circulation.

Ces assistants vocaux sont présents dans les smartphone, les enceintes connectées, les téléviseurs, les ordinateurs, les tablettes, les voitures et demain très probablement les frigos, la douche… La climatisation quant à elle est déjà compatible.

Parler à sa climatisation, c’est déjà possible

Pour le moment, les assistants vocaux ne sont pas encore massivement intégrés directement aux contrôleurs des climatisations. Il faut donc en passer par une interface qui va servir de relais entre votre assistant vocal préféré et votre climatisation compatible.

Ces petits boitiers connectés à Internet en Wifi se posent dans un coin d’une pièce et attendant sagement vos ordres vocaux (ou tactiles). L’interprétation de vos ordres est réalisée par l’intelligence artificielle des assistants vocaux. Chaque ordre doit être au préalable associé à une action spécifique. Ainsi, vous pouvez dire à Google : “OK Google, baisse la température dans la chambre’ et la commande sera transmise au climatiseur.

Deux solutions concurrentes pour contrôler votre clim à la voix

Deux acteurs se distinguent sur ce marché : Tado et Sensibo. Ils sont tous les deux compatibles avec Alexa, Google et Siri. Outre les commandes vocales, ils permettent aussi d’allumer ou d’éteindre automatiquement la clim (ou une pompe à chaleur) lorsque vous quittez ou arrivez chez vous, de programmer des plages de fonctionnements.

Il est même possible de programmer des combinaisons d’actions plus complexes en fonction de scénario grâce au service IFTTT. Vous pouvez par exemple dire “Bonjour Google” à votre assistant ce qui aura pour effet de :
1- éteindre la clim dans la chambre à coucher
2- allumer la clim au salon
3- lancer la radio
4- vous annoncer la météo et vos rendez-vous de la journée
5- et pourquoi pas allumer un chauffe eau

Le Sensibo est disponible à partir de 129 $

Ces boitiers sont compatibles avec la plupart des clims de dernière génération disposant d’une télécommande. Voir liste complète sur les sites des fabricants.

Climatisation compatible nativement Google ou Alexa

Certains constructeurs de climatisations ont saisi l’opportunité en intégrant nativement la compatibilité avec les assistants vocaux. Ainsi, plus besoin de passer par un boitier qui assure le rôle d’intermédiaire (et pas non plus de surcoût).

C’est notamment le cas de Kenmore qui propose à la vente le Kenmore Smart compatible avec Alexa. Il suffit dès lors d’être équipé d’un assistant Alexa Echo pour contrôler sa clim à la voix.  Le constructeur annonce travailler sur une intégration avec Google et Siri.

Un modèle qui sera probablement la norme dans quelques années. Google, Apple et Amazon vont donc s’affronter sur ce terrain et probablement être rejoints par d’autres acteurs, notamment Samsung, Orange ou encore Huawei…

Une climatisation plus intelligente

Derrière cette évolution inévitable se cache la question plus large des climatisations connectées et intelligentes. Pour pouvoir interagir avec les assistants vocaux, la clim de demain devra être connectée à Internet. Voilà qui ouvre de nouvelles opportunités notamment pour l’entretien des climatisations. La clim de demain devra réaliser de façon routinière certains contrôles de sécurité. Elle pourra aussi opérer des vérifications sur son bon état de fonctionnement et envoyer des rapports d’incidents à son constructeur ou à son réparateur agrémenté.

L’utilisateur pourra de même probablement demander oralement à sa climatisation un compte-rendu de l’état de son filtre à air ou de son liquide caloporteur