Sélectionner une page
Quand la chaleur du métro devient chauffage !
Notez cet article

Qui aurait pu penser qu’on se chaufferait grâce à la chaleur dégagée par le métro ? Et bien oui c’est fait, à Paris depuis 2016, un immeuble est chauffé (en partie) par la chaleur du métro parisien. Dans un contexte de transition énergétique et dans le cadre de la Chartre du plan Climat de Paris, Habitat Paris, un des plus gros bailleurs de logements sociaux et la RATP ont mis sur pied un système révolutionnaire ! En deux mots, ils ont réussi à récupérer la chaleur du métro pour chauffer des logements.

Récupérer la chaleur de la ligne 11 de métro avec une pompe à chaleur

Cette idée folle est apparue dans les années 2010, au cours de la rénovation d’un immeuble des années 30 situé près de Beaubourg. Les entrepreneurs découvrent un accès direct à la ligne de métro n°11. Ils ont alors l’idée de récupérer cette chaleur pour alimenter une pompe à chaleur qui elle-même alimentera les logements en chauffage et eaux chaudes sanitaires. L’air sera chauffé en partie par la chaleur du métro et couvrira ainsi gratuitement une partie des besoins. On estime aujourd’hui que ce système couvre environ 35 % des besoins et réduit la facture annuelle des locataires d’environ 70 euros. L’air dégagé par les tunnels du métro est chaud à cause des éclairages, des moteurs des rames et des voyageurs. Les calories dégagées sont alors récupérées pour la pompe à chaleur de l’immeuble. Le complément de chauffage est assuré par le réseau de chaleur urbain le CPCU.

Paris Habitat, a des ambitions environnementales très importantes : être moins énergivore et avoir des énergies plus propres. Ils ont donc mobilisés beaucoup de moyen pour parvenir à leurs objectifs ambitieux. Pour l’immeuble prés de Beaubourg, ils ont réussi à faire baisser les besoins en chauffage à 55kWh/m².an alors que la Chartre du plan climat pour Paris autorise un maximum de 80kWh/m².an.

Ce très bon résultat s’explique aussi par un contexte très favorable. Déjà l’accès au tunnel du métro était existant, Paris Habitat a collaboré avec la RATP qui est elle-même dans une démarche d’économie d’énergie et de réduction des gaz à effets de serre. Et enfin les facteurs techniques étaient réunis, le taux d’humidité est bas, l’air du tunnel ne doit pas être inférieur à 19°C et enfin la pompe à chaleur devait se situer à proximité du tunnel. Tous ces critères étaient réunis. Paris Habitat a par ailleurs, toujours dans un souci de performance énergétique lors de la rénovation du dit immeuble, à renforcer les isolations des façades, a mis du double vitrage partout…. c’est l’ensemble de ces actions qui ont permis un si bon résultat.

Ce projet, et ses bons résultats, est malheureusement très onéreux (notamment le cout de la construction des accès entre métro et immeubles) cela va peut-être empêcher sa généralisation immédiate mais il ouvre la voie aux innovations de ce type pour améliorer notre consommation d’énergie tout en étant plus respectueux de l’environnement.

D’autres pistes pour recycler la chaleur du sous-sol

Suite à ce premier projet couronné de succès, la RATP et Paris Habitat poursuivent leur collaboration pour trouver des solutions afin de réduire les gaz à effets de serre et utiliser les ressources dont on dispose. La RATP a annoncé qu’elle souhaitait réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre et de baisser sa consommation d’énergie. Paris Habitat lui aussi a annoncé sa volonté de réduire énormément ces émissions de gaz à effet de serre.

Paris Habitat étudie d’autres pistes pour utiliser de la chaleur des sous-sols parisiens (égouts, eaux usées … ) D’autres villes utilisent déjà des systèmes de ce type pour chauffer la piscine municipale comme à Douai ou la mairie à Valenciennes. Paris Habitat devrait dès l’année prochaine se lancer dans un autre projet : récupérer la chaleur d’un centre de données d’un opérateur, les serveurs informatiques dégageant énormément de chaleur aussi… A suivre donc.

La RATP est aussi sur d’autres projets. Lors du prolongement des lignes 14 et 12 notamment, les nouvelles stations construites vont bénéficier d’un système de captage géothermique pour réduire encore la facture énergie. Ce système va permettre de chauffer et refroidir les stations et dans le futur chauffer les logements à proximité. Dans les parois moulées des tunnels de métro un circuit fermé avec à l’intérieur un fluide caloporteur a été mis en place, et c’est la chaleur du sol qui va permettre de chauffer ce fluide qui lui-même alimentera une pompe à chaleur. L’énergie ainsi collectée alimentera les bâtiments en chaud (chauffage l’hiver) ou en froid (climatisation l’été). Ces systèmes déjà utilisés dans d’autres pays européens comme l’Autriche ou le Royaume Uni sont performants, ils nécessitent peu de maintenance, et ils ont une durée de vie d’au moins 50 ans. Ce système de captage géothermique a un très bel avenir devant en lui, il peut s’appliquer à beaucoup de type de bâtiments : centres commerciaux, parkings, logements….