Sélectionner une page
Pompe à chaleur ou poêle à bois : que choisir ?
5 (100%) 2 votes


Pleins feux sur les énergies renouvelables. Tel est le mot d’ordre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) qui souhaite développer l’utilisation des poêles à bois. Objectif du gouvernement : faire passer de 7 à 9,3 millions le nombre de logements équipés d’un système de chauffage au bois. L’occasion pour nous de comparer poêle à bois et pompe à chaleur du point de vue du coût global (pose, usage et entretien) et de la praticité. PAC VS Poêle à bois : que le match commence !

Bref rappel : fonctionnement d’une pompe à chaleur et d’un poêle à granulés

La pompe à chaleur récupère les calories présente à l’extérieur de la maison (air, sol, eau…) pour les injecter dans la maison. Un fluide frigorigène s’écoule entre les capteurs de chaleur situés à l’extérieur du logement et les émetteurs de chaleur situés à l’intérieur. Lorsque ce fluide passe de l’état liquide à l’état gazeux, il libère de la chaleur.

En savoir plus sur le fonctionnement d’une pompe à chaleur

Le poêle à granulés fonctionne en brûlant des pellets. Les granulés brûlent dans le poêle et peuvent produire de la chaleur pendant 16 heures environ. Ces pellets sont chargés dans la trémie du poêle et ils tombent de façon progressive dans l’âtre à travers une trappe, ce qui permet de contrôler l’intensité du feu et de programmer son allumage.

Douceur et élégance d’un poêle à bois

Comparatif pompe à chaleur et poêle à granulés : notice explicative

Effectuer une comparaison est un exercice délicat car chaque logement possède des caractéristiques uniques : isolation, orientation, hauteur sous plafond etc. Nous avons opté pour une maison relativement récente (1997) située en plaine et au climat continental.

Pour nos calculs, nous avons utilisé un PCI (Pouvoir Calorifique du Bois) nominal de 4600 kWh par tonne de granulés de bois qui correspond à la valeur minimum de la norme EN 14961-2.

De même, nous avons utilisé un COP (Coefficient de Performance, rapport, en (kWh), entre la quantité d’énergie produite et la quantité d’énergie utilisée) proche du minimum de 3 recommandé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe). Le coefficient maximum étant 7.

Comparaison pour une maison de 80m2 ayant une déperdition de 9000 kWh/an

Investissement initial :

  • PAC air-air : 7.000 euros dont 0 euros de crédit d’impôt
  • PAC Géothermique : 13.000 euros dont 3900 euros de crédit d’impôt
  • Poêle à bois : 5000 euros dont 1500 euros de crédit d’impôt

Coût en électricité / combustible :

  • PAC Air-Air : 630 euros (prix du Kw/h de 0,12 cts, rendement de 170%)
  • PAC géothermique : 348 euros (prix du Kw/h de 0,12 cts, rendement de 310%)
  • Granulé bois : 680 € (prix de la tonne de granulé bois de 243 €)

Entretien annuel :

  • PAC air-air : 200 euros
  • PAC Géothermique : 250 euros
  • Poêle à bois : 100 euros (2 ramonages annuels)

La pompe à chaleur est un système de chauffage qui coûte cher à l’achat. Pour un modèle géothermique, son prix et son rendement dépend de la technique employée pour positionner les sondes dans le sol (soit à l’horizontal soit à la verticale). Nous avons opté pour une moyenne par souci de simplification.

Le poêle à bois est moins onéreux mais son prix peut varier selon la configuration de votre logement, notamment de la hauteur de votre toit qui impacte la longueur du tubage à effectuer pour l’évacuation de de la fumée.

A l’achat, le prix d’une pompe à chaleur est supérieur à celui d’une chaudière à pellets ou d’un poêle à granulés de bois. Toutefois, dans la durée, le retour sur investissement est plus rapide avec une PAC (voir graphique ci-dessous).

Le point de bascule se situe à l’horizon de la 15ème année. La PAC géothermique devient alors plus rentable que les autres systèmes.

Tableau d'amortissement PAC Vs poêle à bois sur 30 ans
Courbes du coût cumulé d’une PAC air-air, air-eau et d’un poêle à granulés

Crédit d’impôt sur PAC et poêle à bois

Le crédit d’impôt sur les pompes à chaleur air/air n’est plus éligible depuis le 1er janvier 2009. Le crédit d’impôt en 2019 pour une pompe à chaleur géothermique est de 30 %. Le crédit d’impôt sur les systèmes de chauffage au bois est également de 30% en 2019.

Les avantages et inconvénients du chauffage bois à prendre en considération

Le poêle à bois implique un approvisionnement de combustible régulier qui peut être contraignant. Un oubli peut avoir des conséquences problématiques. De même, le stockage du bois demande un espace à l’abri de l’humidité dont il faut pouvoir disposer ce qui n’est pas toujours le cas en appartement notamment ou en maison de ville.

Ces inconvénients sont à mettre au regard d’avantages indéniables du bois. Le chauffage au bois utilise une énergie renouvelable et abondante en France. C’est une filière locale qui profite intégralement à l’économie locale. De plus, le bois est considéré comme neutre au regard de l’effet de serre : en brûlant, il émet autant de CO2 qu’il avait capturé lors de sa croissance. Néanmoins, pour être réellement écologique, votre habitat doit être situé à proximité d’une filière d’approvisionnement sans quoi l’énergie (fossile) utilisée pour son acheminement annulera cet effet vertueux.

Le poêle à pellets génère de la chaleur par rayonnement, de manière uniforme ce qui confère un confort thermique maximum, contrairement à la pompe à chaleur qui fonctionne par convection. En optant pour une PAC, des courants d’air pourraient donc vous importuner.