Sélectionner une page
Climatiser les transports en commun : un enjeu écologique
5 (100%) 1 vote

Climatisation et développement durable ne font pas toujours bon ménage. Paradoxalement, proposer la climatisation dans tous les transports en commun devient de plus en plus une nécessité écologique. Les pouvoirs publiques l’ont bien compris et font le forcing pour que toutes les nouvelles rames de tramway, métro et bus en soient équipé dans un futur proche.

Lutter contre le réchauffement climatique avec des transports publics climatisés

Le premier responsable de rejets de CO2 en France reste l’automobile personnelle. D’après les données de l’agence pour l’environnement européenne, les moteurs à explosion sont responsables de plus de 33 % du CO2 français. Et plus de la moitié de ces émissions proviennent de véhicules particuliers.

Dans ce contexte, il est primordial de convaincre un maximum d’usagers d’emprunter les transports en commun dont l’impact carbone au kilomètre est bien moindre. C’est dans cette optique que les transports collectifs se doivent être le plus confortables et agréables possibles. Aussi, mettre à disposition des tramways et bus climatisés est loin d’être une hérésie écologique, bien au contraire.

Selon les chiffres de l’ADEME de 2027, en France, 82 % des trajets s’effectuent en voiture. C’est la route qui est donc le plus gros émetteur de CO2 (80 %), suivi de l’aérien (15 %). Pour un trajet quotidien domicile-travail de 2 kilomètres, la voiture est le mode de transport le plus polluant (221 kg de CO2 sur un an), suivi par le bus et la moto. Le tramway (2,66 Kg) et le métro (3,26 Kg) ont comparativement une empreinte carbone plus sobre.

Si vous souhaitez tester l’impact de vos déplacements, l’ADEME met à votre disposition un test pour vous évaluer : https://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/testez/limpact-deplacements

Adapter son itinéraire en fonction de la clim

Depuis quelques mois, l’application mobile Citymapper (disponible sur iOS ou Androïd) propose d’adapter votre itinéraire en fonction de la climatisation disponible dans les transports en commun. Une innovation signe des temps puisque les épisodes de canicule seront de plus en plus nombreux et intenses.

Pour que l’application vous propose cet itinéraire au frais, vous devez entrer l’adresse de départ et celle d’arrivée comme vous le feriez normalement. Si un trajet climatisé est disponible, l’application vous le signalera en dessous des itinéraires suggérés, avec la mention « Avec la Clim’ ». Cette fonctionnalité n’est pour le moment disponible qu’en Île-de-France mais elle est appelé à se développer c’est certain.

Hélas, en région parisienne les lignes de métro climatisées sont encore rares. Il faut donc sacrifier la longueur du trajet et du temps pour rester au frais. Un itinéraire entre la station Charles de Gaulle – Étoile et Balard prend en temps normal 25 minutes via la ligne 1 puis la 8 du métro. L’itinéraire à la fraiche double le temps de trajet : soit 50 minutes avec le RER A puis B et enfin le tramway 3A. Quelle aventure !

La clim dans les transports parisiens

La climatisation dans les transports parisiens et franciliens est encore assez rare.

Sur le métro, seules les lignes 1, 2, 5, 9 et 14 sont équipées d’une ventilation réfrigérée. Les lignes 3, 3 bis, 6, 10, 11 et 12 sont juste aérées grâce à des ouvertures sur la toiture dans lesquelles s’engouffrent l’air chaud des sous-terrains. Sur les lignes 4, 7, 7 bis, 8 et 13, le système de ventilation est mécanique : l’air est aspiré à l’extérieur puis réinjecté dans la rame, mais pas frais pour autant.

Seul le RER A est entièrement réfrigéré. La climatisation est fonctionnelle sur deux tiers des rames du RER B. Sur le RER C, un tiers des trains environ sont réfrigérés.

94% des bus RATP ne possèdent pas de climatisation.

Toutes les lignes de tramway – plus moderne – sont réfrigérées, sauf le T1 qui est en attente de la rénovation de ses rames.

Valérie Pécresse a assuré que les transports en commun allaient être climatisés “d’ici cinq ans”. Elle a ainsi déclaré avoir « commandé 700 nouvelles rames dont toutes auront au moins de la ventilation réfrigérée, pour les rénovées, ou de la climatisation pour les rames neuves ».

La climatisation dans les transports des grandes villes de France

Les grandes agglomérations françaises ne sont pas toutes équipées sur un pied d’égalité.

Ainsi, les lignes du métro de la ville de Lyon sont équipées de systèmes d’aération permettant une ventilation avec prise d’air à l’extérieur et rejet au niveau des caisses des rames. Durant la nuit, les rames des lignes A et B sont – en période de fortes chaleurs – stationnées en tunnel plus frais.

L’intégralité des rames des tramways sont par contre climatisées de même que les bus et les trolleybus. Même constat à Marseille où les bus sont climatisés, mais pas encore le métro.

A Orléans, les 43 rames des lignes A et B du tram sont climatisées, tout comme les 42 lignes de bus.