Sélectionner une page

Dans un contexte climatique toujours plus difficile, les énergies renouvelables sont le sujet de toutes les discussions et se trouvent au cœur de tous les enjeux. En effet, bien qu’elles représentent des sources inépuisables d’énergie pour l’Homme, certains problèmes se posent à leur sujet. En tête des questionnements, l’intermittence de la production, et le stockage des surplus. Retour sur les solution existantes, et celles à venir.

Le problème de l’intermittence

Les énergies renouvelables sont naturellement la source vers laquelle l’on se tourne pour créer de l’énergie de façon verte. Les énergies éoliennes, hydrauliques et photovoltaïques sont de plus en plus plébiscitées afin de remplacer nos anciennes sources fossiles. Cependant, toute vertes et inépuisables qu’elles sont, certains inconvénients se posent. 

Le premier inconvénient que l’on oppose à l’utilisation des énergies renouvelables comme source principale de notre énergie est l’intermittence du flux électrique qu’elle proposent. On ne peut pas se reposer toute une journée sur le fonctionnement des éoliennes afin d’alimenter le réseau d’énergétique de tout un pays, car le vent ne souffle pas toute la journée, le soleil ne brille pas la nuit.

À cause de tous ces questionnement, beaucoup de personnes remettent en question l’utilisation des énergies propres et renouvelables. Le soleil et le vent sont peut être des ressources inépuisables mais afin de réellement en profiter, il faudrait pouvoir en tirer les bénéfices de jour comme de nuit, et peu importe la météo, car la consommation ininterrompue de l’énergie demande une source elle aussi ininterrompue.

Le problème du stockage de l’énergie

Pour résoudre ce problème, de nombreux scientifiques se sont employés à trouver une solution efficace afin de pouvoir stocker le surplus d’énergie produit aux moment où le temps est favorable afin de le ré-injecter dans le réseau une fois que la source principale ne suffirait plus. Il existe à ce jour quelques solutions, comme les batteries, ou encore les centrales de transfert.

La solution la plus utilisée aujourd’hui pour le stockage des énergies renouvelables est la batterie lithium-ion. Ce sont des batteries que l’on inclut directement dans les dispositifs comme les panneaux photovoltaïques ou dans les éoliennes afin d’emmagasiner le surplus d’énergie qu’ils produisent. Au moment où l’on aura besoin de cette énergie, on se servira des batteries comme source.

Le principal problème que pose les batteries se trouve dans leur composition, qui contient divers substances toxiques aussi bien pour l’Homme que pour l’environnement comme le plomb, entre autres. Ces matériaux ne sont pas écologiques et ne sont pas systématiquement recyclés, ce qui revient au final à déplacer un problème pour le recréer ailleurs.

L’autre solution que l’on peut également citer existe sous la forme des centrales de transfert d’énergie. Elles fonctionnent grâce à l’énergie hydraulique et  grâce à deux bassins : un où l’eau est turbinée et un autre où elle est retenue. L’énergie est donc produite par le mouvement de l’eau, puis recueillie afin d’être injectée dans le réseau électrique.

Les centrales de transfert présente elles aussi un inconvénient, celui de perturber l’écosystème aquatique en créant des retenues artificielles, essentielles afin d’isoler un maximal d’eau au même endroit. Pour toutes ces raisons, les ingénieurs redoublent toujours plus d’efforts afin de créer une solution efficace et pérenne pour stocker efficacement l’énergie.

Enfin la vraie solution ?

Courant 2019, une entreprise australienne nommée CCT Energy Storage a réussi à mettre au point un dispositif prometteur, qui pourrait bien révolutionner le stockage d’énergie renouvelable. Il s’agit d’une batterie thermique capable de changer directement le flux électrique qu’elle reçoit en énergie thermique au lieu de simplement le stocker, comme le font déjà les batteries lithium-ion que nous connaissons.

Cette batterie utiliserait plutôt du silicium comme matériau de base, ce matériau stockerait donc l’énergie électrique, puis la convertirait en énergie thermique qu’il libérerait lors de sa fonte. Ce serait donc cette chaleur que l’on utiliserait comme source d’énergie. Ce dispositif disposerait d’une capacité de stockage 5 à 6 fois supérieure à celles des batteries utilisées aujourd’hui pour stocker l’énergie.

L’énorme avantage de ce nouvel appareil, en plus de sa capacité accrue à emmagasiner le courant électricité qu’il reçoit, est le fait qu’il soit 100% recyclable. Terminé donc en principe, le problème des batteries contenant du plomb qui finissent stockées et non recyclées. Cette création est une avancée majeure dans le monde de l’énergie, particulièrement mis en cause dans le réchauffement climatique.

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, il faudra patienter encore quelques temps avant de voir ce type d’équipement être utilisé à grande échelle. Ce type de technologie est soumise à de nombreux défis, et les ingénieurs à l’origine de sa création travaillent encore à créer un modèle pouvant être testé en conditions réelles. On peut cependant rester optimistes, car le prix de ce genre de batteries restent nettement supérieurs à celui des batteries traditionnelles, pour une durée de vie 20 fois supérieure.